Terre-Neuve: nord de l’île

À voir!

  • L’Anse aux Meadows
  • Taylor’s Crafts à Raleigh
  • Burnt Cape
  • Flower’s Cove
  • Port au Choix
  • Port au Port
  • Parc provincial Arches
  • Parc national du Gros-Morne


Juillet 2016

Un traversier nous mène de Blanc-Sablon (Québec) à Sainte-Barbe (Terre-Neuve-et-Labrador). Le temps est magnifique et nous restons dehors sur le pont. Grand bien nous en prit car nous avons droit à tout un spectacle. Une baleine (trop loin pour faire de belles photos) bondit hors de l’eau et frappe la surface de l’eau avec sa nageoire pectorale.  😀 Bien que nous soyons au mois de juillet, quelques icebergs flottent encore dans le détroit de Belle-Isle.

Icebergs dans le détroit de Belle-Isle

Dès notre arrivée sur l’île, nous remarquons la présence de nombreux petits potagers le long de la route. On y cultive des pommes de terre, des carottes, des navets, etc. Mais pourquoi au bord de la route? Et pourquoi si loin des habitations? Apparemment, l’idée serait venue aux habitants après la construction de la route. Durant les travaux, la tourbe aurait été déplacée de part et d’autre de la route. L’accumulation de tourbe devenait donc un terreau fertile dans une région où la roche mère n’est jamais très loin. 🙂



Nous avons réservé un terrain de camping au parc provincial Pistolet Bay. En chemin, nous apercevons des affiches annonçant la boutique d’un sculpteur à Raleigh: Taylor’s Crafts. Le lendemain, nous décidons d’aller y faire un tour. Quelle bonne idée nous avons eue. Abiel Taylor, sculpteur, est présent. Dans sa boutique, on trouve des sculptures réalisées à partir de différents matériaux: serpentine, os de baleine, os de caribou, os d’orignal. Ça vaut vraiment le détour. Évidemment, nous ne pouvons résister et en achetons quelques-unes. Ça fera de très beaux cadeaux.

En bavardant avec Abiel Taylor, nous apprenons que la presqu’île se trouvant devant sa boutique est en fait la réserve écologique Burnt Cape où l’on trouve des plantes rares. Cette information titille les oreilles des biologistes que nous sommes. Nous faisons donc un détour par Burnt Cape. Oh! Joie. Une autre belle découverte!

Burnt Cape

À première vue, le lieu semble ni plus ni moins qu’une grande étendue de roches. Mais attention où vous posez les pieds. Les plantes, adaptées à cet environnement hostile, sont minuscules. Quelques unes sont à peine plus hautes que les roches qui les entourent. On y trouve même une plante carnivore.

Nous voilà donc, Benoît et moi, à quatre pattes, tentant de photographier le plus d’espèces différentes possible.

Orpin rose femelle

Orpin rose mâle

Sabot de la vierge

Grassette vulgaire (plante carnivore)

L’Anse aux Meadows

Nous poursuivons notre chemin jusqu’à la pointe nord-est de la péninsule Great Northern où se trouve le site archéologique de L’Anse aux Meadows. Ce site d’habitations scandinaves, découvert dans les années 60, fut établi il y a 1000 ans, soit plus de 500 ans avant Christophe Colomb. Les fouilles permirent d’établir qu’il s’agissait fort probablement de la colonie de Vinland fondée par Leif Ericson. Toutefois, cette interprétation reste un sujet de débats.

Avant l’arrivée des Scandinaves, l’endroit fut habité par plusieurs groupes amérindiens. Certains objets retrouvés sur le site remontent à plus de 3000 ans avec J.C., à l’époque de l’archaïque maritime. Ces autochtones vivaient de la chasse et de la cueillette uniquement. Ces populations se déplaçaient en suivant les troupeaux de mammifères marins (phoques, baleines) et les bancs de poissons.

Flower’s Cove

On trouve ici des thrombolites. N’ayez crainte, il ne s’agit aucunement d’une maladie incurable, mais plutôt de singulières structures réalisées par des bactéries photosynthétiques vivant en colonie dans des eaux peu profondes. Ces roches plates en forme de coussin sont le résultat de l’accumulation de sédiments capturés par les colonies bactériennes ayant vécu au Cambrien (- 542 à – 488 millions d’années). On en trouve en de rares endroits dans le monde.

Benoît et les thrombolites

 

Port au Choix

La péninsule de Port au Choix se trouve sur la côte ouest. Il s’agissait d’un important port de pêche pour les Basques. Aujourd’hui, la pêche est encore l’activité dominante. Son nom viendrait de la langue basque Portuichoa qui signifie petit port.



Le site historique de Port au Choix comprend un platier de calcaire (aussi appelé lande calcaire) impressionnant. On dirait des coussins de pierre aplatis. Ces platiers se sont formés dans les eaux tropicales. Dans ce sol basique, quelques plantes croissent ici et là dans les interstices. Plusieurs sentiers sillonnent le site.

Platier de calcaire

Paruline rayée femelle

Paruline rayée mâle

Bruant des prés

Paruline jaune

Corneilles d’Amérique

Parc provincial Arches

Quelle étrange sculpture que ces deux arches, sculptées par l’inlassable va-et-vient de la mer, et entourées d’un lit de cailloux. Le parc, facile d’accès, est situé un peu au nord du parc national du Gros-Morne.



Parc national du Gros-morne

Lire l’article concernant ce parc

Port au Port

Port au Port ne se trouve pas vraiment sur la péninsule nord de Terre-Neuve, mais plutôt sur la côte ouest. L’essentiel de la population francophone de la province se trouve sur la péninsule de Port au Port comme en témoignent les noms de villages comme Boutte du Cap, L’Anse-à-canards, Maisons d’hiver et La Grand’-Terre pour ne nommer que ceux-là. Ces villages de pêcheurs n’étaient pas habités toute l’année comme le nom de Maisons d’hiver le suggère. L’histoire nous apprend que les pêcheurs s’installaient à l’Anse-à-canards durant les mois d’été parce que la pêche y était meilleure. Mais le village n’était pas bien protégé des vents froids d’hiver. Dans les années 1800, les frères Duffenais décidèrent de construire leurs maisons dans la forêt qui occupait alors l’emplacement actuel de Maisons d’hiver. L’été, ils vivaient à l’Anse-à-canards et l’hiver, ils déménageaient leurs pénates dans leurs maisons d’hiver. Le nom est resté.


Boutte du Cap

Des fours à pain traditionnels s’égrènent sur la côte de la péninsule. Nous nous arrêtons à celui de Boutte du Cap où deux jeunes filles nous accueillent avec un large sourire.

Four à pain de Boutte du Cap




Corner Brook

Corner Brook, ainsi nommée par le capitaine James Cook en 1767, est la deuxième ville en importance de la province de Terre-Neuve-et-Labrador.

Fjord Humber Arm au pied de Corner Brook

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top